L'agglomeration paleochrétienne à Colchide de Kilkis, nouveaux données et constatations

DESPOINA MAKROPOULOU, PETROS KAPSOUDAS

Abstract


 

En 2004 des travaux de sauvegarde et de conservation ont été effectués au site archéologique de Colchide, qui est une localité de la ville de Kilkis. Le site archéologique s’étend sur deux collines sur la rive ouest de la rivière Gallicos. Celle qui est le plus au nord s’appelle “Zoodochos Pigi” tandis que celle du sud fait partie d’un plus grand massif nommé “Anigma”. Depuis 1983 jusqu’à 1991 des fouilles ont été effectuées à la colline sud par le Service d’Antiquités Byzantines de Thessalonique, sous la responsabilité de S. Kissas. À ce moment on avait découvert une enceinte qui entourait un temple et des bâtiments servant d’entrepôts et de laboratoires, et à l’extérieur de l’enceinte un cimetière.
Pendant les fouilles de 2004 à la colline nord on a découvert une petite basilique à trois nefs, de dimensions 15.60m sur 9.15m. Dans l’espace de l’abside de son chœur une petite chapelle dédiée à Saint Jean le Prodrome avait été construite récemment. L’ancienne église est construite avec des pierres non taillées, bâtie sur la roche même. À un endroit, une partie du sol en plaques de schiste a été conservée. Les trois nefs se séparaient initialement par des colonnades, lesquelles par après ont été remplacées par des murs con­tinus. Un très petit nombre d’objets mobiles a été trouvé. L’église date de la période entre  le milieu du 6e et le milieu du 7e siècle.
À la colline sud pendant les fouilles des années 1983-1991 on a découvert trois églises superposées qui s’étendent chronologiquement du 5e au 10e siècle. On avait considéré à ce moment-là que la première église était à nef unique avec une grande abside, la seconde était une basilique à trois nefs qui avait incorporé la précédente église dans sa nef centrale, et la troisième une église uni spatiale qui occupait l’espace de la nef centrale de la précédente. Les recherches de 2004 ont mis à jour des nouveaux éléments concernant surtout la morphologie de la première église. Cette église était une petite ba­si­lique à trois nefs de dimensions 13.50m sur 10.80m. Sa petite abside a été re­pé­rée après des recherches obstinées sous l’abside de l’église qui l’a suc­cédée au même emplacement. Cette seconde église, qui était également une ba­silique à trois nefs, était plus grande que la précédente, les vestiges de laquelle occupent l’espace de la nef centrale. C’est à elle qu’appartient la grande abside qu’initialement était attribuée à la première. La troisième égli­se a été construite après la destruction de la seconde basilique, elle était une pe­tite église uni spatiale, qui a occupé une partie de la nef centrale de la se­conde. On a aussi constaté que l’enceinte initiale était plus petite et qu’elle a été prolongée vers le sud pendant la construction de la seconde phase. Enfin plu­sieurs tombes ont été fouillées sans donner trouvailles particulières, à l’ex­ception d’une stèle funéraire du 2e siècle, qui avait été utilisée pour fermer l’issue d’une tombe en berceau paléochrétienne.
Entre les deux collines a eu lieu une fouille de petite échelle, qui a mis à jour des fondations de bâtiments et de jarres à leurs intérieurs. Ces bâtiments ap­par­tenaient à une agglomération qui s’étendait initialement du côté ouest de la colline nord et en suite elle se prolongea sur toute la colline.
Toutes ces trouvailles appartiennent à une petite agglomération paléo­chré­tienne et byzantine, liée peut-être avec l’exploitation du sable aurifié du Gal­licos rivière. Les études jusqu’à aujourd’hui l’identifiait avec la station Gal­licum qui se trouvait sur la route entre Thessalonique et Stovi. Mais l’étude des itineraria romana nous amène à la conclusion que Gallicum se trou­vait à la rive d’en face de Gallicos et assez loin de l’agglomération fouillé. 


Refbacks

  • There are currently no refbacks.